COMMENT BIEN CHOISIR SES HUILES ESSENTIELLES ET COMMENT BIEN LES CONSERVER ?

Les huiles essentielles sont des produits actifs, il faut donc être vigilant pour ne pas acheter n’importe quoi et les choisir de bonne qualité : elles seront d’autant plus efficaces… et plus saines car « pures » et non « trafiquées » !

he bio puressentiel
OPTER POUR DES HUILES ESSENTIELLES AVEC DE VRAIES GARANTIES DE QUALITÉ

Au niveau mondial, les normes sur les méthodes d’analyse et les spécifications des huiles essentielles sont définies par le groupe de travail ISO TC54, qui prend en considération les informations des experts mondiaux. En France, depuis 2008, l’AFSSAPS (désormais ANSM, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a élaboré des recommandations relatives aux critères de qualité, afin d’encadrer leur utilisation et de permettre un meilleur contrôle. Une bonne huile essentielle porte notamment les mentions « HEBBD » (Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie), c’est une garantie de traçabilité, de qualité et d’un strict contrôle.

L'huile essentielle doit être :

• 100 % pure : sans adjonction d’une autre huile essentielle, ni d’une huile végétale.

100 % naturelle : exempte de tout produit chimique (tel que des essences minérales, molécules de synthèse…).

100 % totale : non déterpénée, non rectifiée, non décolorée, non diluée.

La traçabilité doit être parfaitement maîtrisée, et des contrôles qualité systématiques de chaque lot d’huile essentielle (chromatogramme, couleur, saveur, odeur, densité, miscibilité à l’alcool…) doivent être effectués par les fabricants afin d’établir un bulletin d’analyse complet et précis.

 

Où acheter ses huiles essentielles ?
 N'achetez pas vos huiles essentielles n'importe où, sans référence qualitative ni conseil. L'achat auprès d'un pharmacien est le plus sûr.

En pratique, que dois-je vérifier
sur mon flacon d’huile essentielle ?

De nombreuses mentions doivent figurer sur l’emballage des huiles essentielles, lisez-les et veillez tout particulièrement à ce que figurent de façon claire et lisible :

• La famille botanique de la plante ainsi que son nom latin et l’organe producteur, qui permettent d’éviter toute confusion.

• Le chémotype : pour ne pas se tromper de propriétés. Par exemple, il existe 8 chémotypes principaux de thym vulgaire, aux indications et usages différents.

• La date de péremption, le numéro de lot, ainsi que l’organe producteur (« o.p. »).

• Les précautions d’emploi. D’une manière générale avant toute utilisation, il faut lire les précautions d’emploi figurant sur les huiles essentielles ou essences que vous utilisez. Attention toutefois, l’incohérence réglementaire qui régit la commercialisation des huiles essentielles en Europe (pas moins de 6 réglementations différentes !), implique que tous les usages et donc précautions d’emploi d’une huile essentielle peuvent ne pas être indiqués sur son packaging ou être différents d’une huile essentielle à une autre selon le statut réglementaire selon lequel elle est enregistrée.

• L’équivalence : 1 ml équivaut à un nombre de gouttes, nombre qui peut différer selon les huiles essentielles, par exemple 1 ml d’huile essentielle de ravintsara équivaut à 39 gouttes alors qu’il faudra 29 gouttes de thym à linalol pour obtenir 1 ml de cette huile essentielle.

Un flacon d’huile essentielle doit comporter un bouchon compte-gouttes calibré selon les normes de la pharmacopée européenne. Si tel n’est pas le cas, vous pouvez vous procurer une pipette compte-gouttes (en pharmacie, vérifiez qu’elle porte bien l’indication « norme pharmacopée européenne »), indispensable pour une mesure correcte.

Bon à savoir : certains fabricants indiquent sur l’emballage le nombre précis de gouttes pour 1 ml, pour une prise facilitée.

huile essentielle bio
Quel conditionnement d’huile essentielle faut-il privilégier ?

Les essences et huiles essentielles doivent être conditionnées dans un flacon en verre (et non en plastique), qui doit toujours être de couleur sombre : cela facilite la conservation puisque les huiles essentielles sont altérées par les rayons ultraviolets du soleil.

On choisira de préférence de petites bouteilles d’une contenance de 10 ml, ce qui évite d’avoir des « fonds de flacons » qui traînent trop longtemps et se périment avant d’avoir été utilisés. Exception faite des huiles essentielles « culte » qui se consomment fréquemment en plus grande quantité, que l’on peut d’ailleurs trouver en plus grand format pour ces trois grands « basiques » que sont la lavande vraie, la menthe poivrée et le ravintsara.

Pratique et pour plus de sécurité, choisissez des flacons munis de bouchons inviolables équipés d’un système de sécurité enfant.

À savoir !
Certaines huiles sont colorées, c'est normal. Par exemple, l'huile essentielle de thym à thymol peut être rouge sang; celle de bergamote, verte; et celle de lavande, jaune pâle. Ainsi, la couleur d'une huile essentielle peut-elle dépendre de la nature du végétal mais aussi de la matière dans laquelle est fabriqué l'alambic : un alambic en cuivre donnera une huile essentielle de gaulthérie rose, alors qu'un alambic en aluminium produira une huile jaune clair.

comment bien conserver ses huiles essentielles ?

Les huiles essentielles doivent être rangées à l'abri de la lumière et de la chaleur (idéalement, entre 5 et 30°). Les huiles essentielles de rose, de thym à thymol ou de menthe poivrée, par exemple, se figent en cristaux à basse température (cela n'a toutefois pas d'incidence sur la qualité de l'huile essentielle qui, dès qu'elle est de nouveau à température ambiante, se liquéfie).

L'idéal est de les laisser dans leur emballage (avec la notice) afin d'éviter les erreurs, de les conserver bien rebouchées (elles sont oxydables et volatiles) et debout (pour éviter que les huiles ne "rongent" le bec compte-gouttes et le bouchon, qui sont en plastique).

Ainsi protégées, vos huiles essentielles peuvent être conservées environ 5 ans (seulement 3 ans pour les essences d'agrumes; un peu moins, soit 2 ans pour les huiles essentielles obtenues à partir d'aiguilles de conifères, comme le pin sylvestre).

bien conserver ses huiles essentielles
bio huiles essentielles certifications labels
et le bio pour les huiles essentielles ?

C’est encore mieux ! Toutefois, on ne peut pas trouver toutes les huiles essentielles en bio, parce que certaines plantes poussent à l’état sauvage, par exemple, et que tous les producteurs ne souscrivent pas, pour des raisons de fort surcoût notamment, à la démarche de certification bio. Mais quand cela est possible, autant acheter des flacons d’huiles essentielles certifiées bio :

• Certification Européenne Ecocert pour les huiles essentielles bio cosmétiques ;

• Certification Européenne AB pour les huiles essentielles bio compléments alimentaires.

Extraits du Guide Top Santé « 48 Huiles Essentielles indispensables pour se soigner autrement », et du Livre « Aromatherapia » d'Isabelle PACCHIONI, aux Editions Aroma Thera.

J'accepte

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, pour réaliser des statistiques de navigation, et pour faciliter le partage d’informations sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici

Ce site internet étant destiné principalement à être reçu sur le territoire français, le site, son utilisation, ainsi que tout le contenu disponible sur le site, sont régis par la loi française. L'accessibilité du site internet dans tout autre pays ne peut avoir pour effet de soumettre les informations présentées sur le site aux législations particulières de chaque pays. (CGU)